Menu
Du 4 Février au
30 Août

Dans les cartons

Rendez-vous le samedi 4 février à la Halle de la Machine, pour découvrir la nouvelle exposition "Dans les cartons". Plus d’une centaine de croquis de machines de François Delaroziere se dévoilent à l’intérieur de la Halle et sur la Piste des Géants. Cinq machines inédites : la machine à peindre, la catapulte, la pointilleuse, la machine à dessiner avec le vent et la calligraphique font également leur entrée à la Halle. Venez libérez l'artiste qui sommeille en vous !

Une exposition de croquis inédits de François Delaroziere

Directeur artistique de la compagnie de théâtre de rue La Machine à Nantes et de la Halle de La Machine à Toulouse, François Delaroziere livre ici une exposition de ses croquis à l’origine des machines de spectacle. Le dessin est le langage de François Delaroziere. La nature représente une source d’inspiration inépuisable pour l’artiste. Sa beauté, son incroyable diversité et la complexité de ses formes sont autant de sujets qu’il aime observer et étudier. Véritable touche-à-tout, la capacité de François Delaroziere à faire des analogies entre nature, dessin et mécanique rappelle inévitablement l’oeuvre aussi pléthorique qu’éclectique de Léonard De Vinci. En parcourant l’exposition « Dans les cartons », le visiteur découvre ainsi huit grandes thématiques qui traversent l’oeuvre de l’artiste, du règne animal et végétal aux arts forains en passant par l’architecture.

 » Mon dessin existe pour lui-même, hors production spectaculaire,
il est un langage sensible. Mais Il est aussi une trace précise qui permet
à ceux qui vont devoir construire, de s’approprier une proposition, le point de départ pour leur travail. Dans mes dessins, j’anticipe la réalisation des machines rêvées tant dans les dimensions, souvent grandes, que dans le mouvement.  »
François Delaroziere

Croquis François Delaroziere

Croquis François Delaroziere

Des machines à dessiner et à peindre 

Le mouvement est au cœur de la démarche artistique de l’artiste et de la compagnie La Machine et il est présent dès le dessin original. En imaginant cette exposition, François Delaroziere a souhaité y intégrer des machines à peindre afin de mettre le visiteur en mouvement en l’intégrant au processus de création. Cinq nouvelles machines vont ainsi rejoindre le bestiaire mécanique de la Halle de La Machine. Suivant un protocole et des règles du jeux aussi précises que complexes, le visiteur pourra ainsi s’installer face à la machine à peindre, la catapulte, la pointilleuse, la machine à dessiner avec le vent ou encore la calligraphique. Une fois les dés jetés pour déterminer le temps de réalisation, la vitesse, la couleur, le choix de l’outil ou encore le temps de pose, chacun pourra réaliser une œuvre d’art, collective ou individuelle, mais dans tous les cas, unique. Venez libérer l’artiste qui sommeille en vous !

Exposition dès le 4 février
Ouverture du mardi au dimanche – de 10 h à 18 h
Nocturne aux Flambeaux exceptionnelle : Samedi 18 février – de 18 h à 22 h

Les Robots portraitistes de Patrick Tresset 

Patrick Tresset est un artiste bruxellois qui, dans son travail, explore les traits humains et les aspects de l’expérience humaine. Ses oeuvres reflètent des thèmes récurrents tels que le passage du temps, l’enfance, le conformisme, l’obsession, la nervosité et le besoin de raconter des histoires et de laisser des marques. Il est surtout connu pour ses installations performatives utilisant des agents robotiques comme acteurs stylisés qui laissent des marques, ainsi que pour son exploration de la pratique du dessin à l’aide de systèmes informatiques et de robots.
«Etude Humaine #1» est une installation dans laquelle trois robots dessinateurs créent des dessins de modèles humains pendant 20 à 30 minutes. Chaque robot est équipé d’un bras et de webcams motorisés  ces dernières observent le sujet du dessin en cours, puis dessinent le sujet «analysé». Le son produit par les moteurs des robots crée une bande son improvisée. Pendant que les robots exécutent leur travail artistique, les modèles humains restent passifs. Les dessins réalisés par les robots sont progressivement exposés pour créer une véritable galerie de portaits.

Robots portraitistes – Du 17  février au 31 mars

Patrick Tresset